Lyrics-Copy

12 septembre 2001

by Abd Al Malik


Ok, un peu plus de son dans l´casque! Ouai comme ça c´est bon.

[Refrain] :
J´avais déjà un flow de taré lorsque les tours jumelles se sont effondrées,
j´avais déjà un flow de dingue lorsque les tours jumelles se sont éteintes.

Je fus choqué dans mon intime et je vous jure,
que si j´n´avais pas eu la foi j´aurais eu honte d´être muslim.
Après ça fallait qu´on montre aux yeux du monde,
que nous aussi nous n´étions que des hommes,
que s´il y avait des fous, la majorité d´entre nous ne mélangeait pas, la politique avec la foi.

[Refrain]

Après cela on a tous été pointés du doigt,
ils se sont demandés ptètre qu´ils sont tous comme ça.
Des canons s´mirent à bombarder Bagdad et des corps s´effondrèrent en Espagne.
Nos leaders se mirent à jeindre et la Suisse sur un plateau d´télé face à un homme d´état melangea, la politique avec la foi.

[Refrain]

Je découvris la suspicion, c´est quand un homme à peur et que l´autre en face ne le rassure pas.
C´est quand celui q´on croyait connaître devient soudain,
celui qu´on n´connait pas.
Les Pays-Bas assassinèrent le descendant d´un peintre de renom,
la France continua à dire non.
L´Europe se scinda en deux, les uns et les autres qui n´voulaient pas qu´on confonde, la politique avec la foi.

[Refrain]

J´avais la conviction intime ce septembre 2001 que,
comme avant il n´y aurait plus rien,
et en un sens c´était sublime, le grain disait à Dieu à livrer,
alors une parole de paix et j´allais pouvoir délivrer.
Ainsi tous se reconnaîtraient dans la grande famille de l´humanité qui, naturellement, vicéralement ne confondrais pas, la politique avec la foi.

[Refrain]

On allait tout déconstruire, déconstruire avec trois D comme, Deleuze, Derrida et Debré.
Ni fondamentalistes ni extrémistes de l´islam ou d´l´a laïcité,
mais là : ça d´vient lourd j´crois.
Trop compliqué en tout cas, et puis moi, je n´mélange pas,
la politique avec la foi.

Et au fait, ce mois là et l´mois qui a suivi, y a eu l´album de Jay-Z : Blueprint, une leçon, et l´premier classique de Wallen : A force de vivre, avec celle qui a dit non,
et l´bouquin d´Jonathan Franzen : Les Corrections,
et moi, moi qui ne f´sais rien qui, qui galerais à la maison, ah si : je changeais les couches de mon fiston.
(Ahahahah)





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com