Lyrics-Copy

Cousine

by Fernand Sardou


Autrefois, ma cousine Hortense
Arrivait de temps en temps
Chez mes parents;
Elle venait passer ses vacances
Dans notre petite maison
Près de Toulon.
C´était dans l´programme,
Quand nous recevions le télégramme,
Le bonheur dans l´âme
A la gare je courais comme un fou
Mais l´train arrivait tout à coup.
En la voyant je criais : Zou...!

Cousine, cousine,
T´es fraîche comme une praline,
Cousine, cousine,
Coquin de sort, quelle bonne mine!
{Parlé} Et tu as bien dormi dans le train?
J´espère que tu avais un coin?
Cousine, cousine,
Embrasse ton cousin germain!

Chaque matin courant vers la grève,
Afin d´nous baigner tous deux,
Dans les flots bleus,
On s´déshabillait - quel beau rêve -
Sous l´ombrage hospitalier
Des oliviers.
Rouge comme une cerise,
Afin d´me cacher sa gorge exquise,
Elle ram´nait sa ch´mise,
Mais comme y avait de la dentelle partout
Souvent, je voyais par un trou
Un sein qui montrait son p´tit bout.

Cousine, cousine,
Qu´est-c´que j´vois sur ta poitrine?
Cousine, cousine,
On dirait deux mandarines
{Parlé} Tu as les mandarines, c´est certain,
Mais peuchère, c´qui m´en bouche un coin,
Cousine, cousine,
C´est qu´c´est moi qui ai l´pépin!

Souvent, prenant sa main mignonne,
Je l´emmenais faire un tour
Dans la basse-cour,
Et tandis qu´pigeons et pigeonnes
Faisaient l´amour sans pudeur,
On f´sait l´voyeur,
La brise frivole
Nous portait bientôt des chansons folles :
"C´est la farandole,
Viens farandoler sur le gazon!"
"Plus tard (me disait-elle) Gaston
Quand t´auras du poil au menton!"

Cousine, cousine,
Oui, l´amour me turlupine,
Cousine, cousine,
Laisse-moi t´faire des p´tites machines
{Parlé} Tu as peur que je te fasse un enfant?
Ne crains rien, je n´ai que dix-sept ans!
Cousine, cousine,
Viens faire tutu-panpan!

Mais elle m´écrivit l´autre année :
"Cher cousin, je ne viendrai pas,
Tu m´excus´ras,
Depuis huit jours, je suis mariée
Et pour plaire à mon mari
J´reste à Paris"
La méchante lettre,
En moi quel chagrin elle fit naître!
Du fond de mon être
Monta comme un frisson de rancœur;
J´interrogeai dans ma douleur
Les arbres, la grève, les fleurs.

Cousine, cousine
Si gentille, si câline,
Cousine, cousine,
C´est mon cœur qu´elle piétine,
{Parlé} On devait s´unir au printemps,
Et moi je suis là, tè! J´attends
Cousine, cousine,
L´amour c´est des boniments!





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com