Lyrics-Copy

Tellement bu, tellement fumé

by Joe Dassin


Je n´me souviens même pas de la couleur de ses yeux,
Je crois bien qu´ils était verts, j´parie qu´ils étaient bleus.
Je me rappelle seulement que je les aimais,
Tellement bu, tellement fumé.

Dans ma mémoire brouillard, je ne retrouve plus son prénom.
Dans mes idées fumées j´fais à peine son brouillon.
Je n´sais plus c´qu´elle disait, sauf que j´y ai cru,
Tellement fumé, tellement bu.

L´oubli ça tient à quoi?
Des glaçons dans un verre.
Un halo de tabac,
Dansant dans la lumière.
Ça tient à rien du tout, l´oubli,
C´est comme la vie.

Je revois vaguement un studio mal meublé.
Mais qui pourrait me dire la couleur du papier?
Y avait sûrement un lit, puisqu´on s´est aimé,
Tellement bu, tellement fumé.

L´oubli ça tient à qui?
Une inconnue qui passe.
Qui s´égare une nuit,
Au fond de mon impasse.
L´oubli ça tient à rien du tout,
Mais pas à nous.

Une fugue en Normandie, pour arroser le beau temps.
Un retour à Paris, je n´sais plus trop comment.
Sauf la vague impression que c´était foutu.
Tellement fumé, tellement bu.

Qu´est-ce que je suis con d´avoir déchiré sa photo.
J´aimerais bien la revoir, j´ai plus son numéro.
De toute façon je n´sais plus téléphoner.
Tellement bu, tellement fumé.





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com