Lyrics-Copy

La gavotte des bâtons blancs

by Les Frères Jacques


La nuit descend, l´ombre s´étend
C´est pas du tout rassurant
- Haaaaa!
Où ça, mon Dieu? Un cri affreux
Vous fait dresser les cheveux
- Au secours!
Un long frisson vous fout les nerfs
Il y a du crime dans l´air
Il rôde des ombres d´assassins
L´étrangleur n´est sûrement pas loin

Mais nous, les agents de la circulation
On entend ça sans émotion
Les champions du petit bâton blanc, c´est nous!
Les assassins, c´est pas pour nous!
On peut étriper, incendier ou voler
Notre consigne, c´est d´pas bouger
On fait un effort parce qu´on est courageux
Pour pas voir ça, on ferme les yeux
Si on s´écoutait, bien sûr, on bondirait
Mais sans nous, voitures et piétons, qu´est-ce qu´ils feraient?
Tout s´emmêlerait, se télescoperait
Vous seriez bien avancés après

Non, non, nous, les champions du petit bâton blanc
Il faut rien voir ou faire semblant
Si vous trouvez qu´il y a trop de crimes dans l´quartier
Adressez-vous au brigadier!

Hep, le vélo
Hep, la moto
Alors, on grille les signaux?
Protestations?
Contravention!
Prochaine fois, f´rez attention!

Il fait un temps frigorifiant
A pas mettre dehors un agent
Dire qu´il y en a qui sont dedans
Et qu´ils boivent des bons grogs bouillants
Glou, glou, glou
Nous, pendant c´temps-là, il faut verbaliser
La goutte au nez, ratatinés
Dans nos chaussures noires, nos tout petits petons
Pauvres mignons, sont des glaçons
Et comme le croiront les gens d´mauvaise humeur
Tous les quarts d´heure, un paon siffleur
Nous traite de péquenots, de vendus, d´abrutis,
De vieux débris et j´en oublie
Comme on est très sourds, on n´répond rien du tout
C´est que ça s´attrape tellement vite un mauvais coup!
Sur notre calepin, d´une tremblante main
On relève le nom du pékin
Oui, puis on remet en marche son p´tit bâton blanc
En se disant «Plus que quinze ans
Et à la retraite on pourra, comme piéton,
Traiter les flics de tous les noms!»

Et voici un concerto en ut fa dièse majeur pour sifflet à roulette





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com