Lyrics-Copy

Poète

by Marina


Ils te classent marginal,
Car tu n´as pas sût naître
À l´époque de tes maîtres
Beaudelaire ou Nerval.

Tes ancêtres ont mille ans
Et tu es là toujours.
Aux discours de ton temps,
Tu préfères un train sourd.

Tu confesses qu´il faut
Céder au modernisme,
Mais crains que nos cerveaux
N´oublient le romantisme.

N´entend pas ce qu´ils disent.
S´ils sonnent l´allali,
Moi, j´aime ta folie,
Ta fièvre d´analyse.

Réveille toi, réveille nous les sens
Et de ta plume alerte,
Apprend nous l´existence
De nos âmes qui désertent,
De nos âmes qui désertent.

Poètes, ouh, ouh,

Réveille nous les sens,
Et de ta plume alerte,
Apprend nous l´existence
De nos âmes qui désertent

Ouh, poètes, poètes, poètes,
Poètes, poètes, poètes,
Où était-ce?





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com