Lyrics-Copy

La teigne

by Renaud


L´était bâti comme un moineau
Qu´aurait été malade.
A la bouche, derrière son mégot,
y´ avait des gros mots en cascades.
L´était pas bien gros c´t´ asticot,
mais c´était une vrai boule de haine,
On lui filait plein d´ noms d´oiseaux.
Même ceux qui l´ connaissaient qu´à peine
L´appelaient la teigne.

Il avait pas connu ses vieux,
Il était d´ l´Assistance,
Ce genre d´école, pour rendre joyeux,
C´est pas vraiment Byzance.
D´ailleurs on lisait dans ses yeux
Qu´ pour qu´y soit bien fallait qu´on l´ craigne,
Si tu rentrais pas dans son jeux,
Putain! C´ que tu r´cevais comme beignes,
C´était une teigne.

Avec les gonzesse, les mich´tons,
L´était encore plus vache :
J´ te pique tes sous, j´ te fous des gnons,
Tu tombes amoureuses et j´ m´arrache.
Pour sa p´tite gueule, ses poings d´ béton,
Plus d´une se serait jetée à la Seine,
Elles lui parlaient d´amour, d´ passion,
Y répondait pas des châtaignes,
C´était une teigne.

L´avait pas fêté ses vingt berges
Quand, une nuit de novembre,
On l´a r´trouvé raide comme un cierge,
Pendu au beau milieu d´ sa chambre.
Si y a un bon Dieu, une Sainte Vierge,
Faut qu´ils l´accueillent à leur enseigne,
Parc´ qu´avant d´ passer sur l´autr´ berge
Y m´avait dit personne ne m´aime,
J´ suis qu´une pauv´ teigne.

Mais moi qui l´ai connu un peu,
Quand parfois j´y repense,
putain! C´ qu´il était malheureux,
Putain! C´ qu´y cachait comme souffrance
Sous la pâle blondeur de se frange,
Dans ses yeux tristes, dans sa dégaine.
Mais j´ suis sûr qu´au ciel c´est un ange,
Et quand j´ pense à lui mon cœur saigne.
Adieu la teigne...





 

Random :
© 2016 Lyrics-Copy .com